Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Biélorussie
 

Biélorussie

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Russie, Ukraine

La Biélorussie s’étend sur un territoire de 207 600 km2, composé essentiellement de plaines et de collines. Les terres agricoles couvrent près de la moitié (43%) de ce territoire également riche en forêts (40%). Au 1er janvier 2010, la population résidente de la Biélorussie s’élevait à 9,5 millions d’habitants, dont 1,8 M dans la capitale du pays, Minsk.

Le pays, notamment la région de Gomel au sud-est, a été fortement touché par les retombées radioactives de l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl en avril 1986 et continue de subir les conséquences sanitaires et économiques de cette catastrophe.

Quatrième économie de la CEI, l’économie biélorusse est à la fois largement administrée (plus de 70% du PIB est généré par des entreprises publiques ou para publiques) et très ouverte commercialement. L’industrie, spécialisée dans la pétrochimie et la production de matériels de transport, représente environ 25% du PIB et 26% de l’emploi. Elle souffre toutefois d’un manque de compétitivité sur les marchés hors CEI, principale zone partenaire du pays. L’agriculture, spécialisée dans la production de produits laitiers et de viande, ne représente plus que 8,4% du PIB. Le système est dual, de grandes fermes d’Etat coexistant avec un grand nombre de lopins de terre individuels.

Le pays fait partie de l’Union douanière entre la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie.

Domaines de compétences du Service économique régional de Moscou :

- Analyse et veille économique et financières : La crise financière mondiale s’est propagée à la Biélorussie essentiellement par le canal du commerce, l’entrée en récession des pays de la région, notamment la Russie (1er partenaire commercial du pays), ayant entraîné une chute des exportations biélorusses. Le recours à l’aide du FMI dès la fin de 2008  (3,5 Mds USD déboursés au total) a permis au pays de profiter d’un programme rapide et efficace, assurant une croissance positive en 2009 (0,2%) et nettement plus affirmée en 2010 (7,6%). Cette croissance élevée en 2010 s’est cependant accompagnée de déséquilibres externes importants, notamment d’un déficit de la balance commerciale qui s’est nettement dégradé (environ 7 Md USD). Depuis le printemps 2011, le pays connaît une grave crise de change, que la dévaluation du rouble biélorusse, au mois de mai, n’a pas suffi à régler à court terme. La situation n’est pas stabilisée et exige des financements extérieurs couplés à un plan de redressement.

Domaines de compétences du Service économique de Kiev :

- Animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales : L’année 2010 a enregistré une légère reprise des échanges (+6%), exclusivement due à l’augmentation des exportations françaises (+34,4%) vers la Biélorussie, puisque les ventes biélorusses en France ont continué de chuter (-27,7%), dégageant pour la deuxième année consécutive un solde positif qui a quasiment quintuplé pour s’établir à 97,1 M€. Avec des importations s’établissant à 177,8 M €, la part de marché de la France, 10ème fournisseur du pays, a cependant diminué en 2011 pour atteindre 1,1%.


service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie - 2017