Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Bahamas
 

Bahamas

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Panama

Archipel de quelque 700 iles dont seule une quinzaine sont habitées, avec une population de seulement 383.000 habitants, les Bahamas font partie des pays à haut revenu et bénéficient, avec 24.394 USD estimé en 2015, du 3ème PIB par habitant le plus élevé des Amériques et le premier d’Amérique latine-Caraïbe. A titre de comparaison, le PIB nominal des Bahamas approche celui d’Haïti qui compte plus de 10 millions d’habitants. Pour autant la croissance de l’économie stagne depuis 2008 à un niveau bas et le pays souffre d’un taux de chômage très élevé, de 14,8%.

Très dépendante de la bonne santé du tourisme, en particulier en provenance des Etats Unis (plus de 85%  des 6,3 millions de touristes reçus en 2014), la croissance a souffert des problèmes rencontrés par le gigantesque projet touristique Baha Mar (4 Md USD d’investissements, plus de 45% du PIB) qui devait ouvrir en décembre 2014. Le report de son ouverture a eu un impact sensible sur l’activité. Le pays a également été touché par le passage du cyclone Joaquim dont les dégâts causés aux infrastructures sont estimés à 60 M USD (0,7% du PIB). Ainsi, en 2014, le pays est entré en récession avec un recul de son PIB réel de -0,5%. En 2015, la situation s’est aggravée, avec une baisse du PIB de -1,7%. L’année 2016 devrait être marquée par un retour à une faible croissance, estimée à +0,5% par le FMI. L’ouverture du projet Baha Mar devrait dynamiser la croissance à l’horizon 2018-2019. Il est néanmoins confronté à de sérieux aléas et fait face à une procédure de redressement judiciaire. La possibilité de lui trouver un repreneur et d’éponger l’endettement associé détermine en partie l’avenir économique du pays.

 Plus globalement, les Bahamas souffrent depuis au moins 5 ans d’une compétitivité en baisse par rapport à certains voisins des Caraïbes sur ses deux activités majeures que sont le tourisme et les services financiers qui représentent respectivement 51% et plus de 15% du PIB. Le secteur financier offshore est notamment confronté à l’augmentation des coûts pour satisfaire les normes internationales de transparence fiscale.


service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie et des Finances - 2017