Accueil » » Séminaires économiques » Séminaire Fourgeaud
 

Séminaire Fourgeaud "Prospective macroéconomique : l’économie mondiale à l’horizon 2035-2050" – 12 février 2014

Le séminaire Fourgeaud du 12 février 2014, deuxième séminaire de l’année 2014, a porté sur le thème
« Prospective macroéconomique : l’économie mondiale à l’horizon 2035-2050  ».

Arthur Sode et Jean-Paul Nicolaï, discutants au séminaire Fourgeaud de février 2014.Il a commencé par un exposé de Patrice Ollivaud (Organisation de coopération et de développement économiques - OCDE)  sur les enseignements d’une étude intitulée « Scénarios de croissance à long terme ».

Ensuite, Jean Fouré (Centre d’études prospectives et d’informations internationales - Cepii) a présenté une étude réalisée avec Lionel Fontagné (Paris School of Economics,   Université Paris I et Cepii) intitulée « La boîte de Pandore de la modélisation du commerce mondial à l’horizon 2035 ».

La discussion a été introduite par Arthur Sode (direction générale du Trésor) et Jean-Paul Nicolaï (Commissariat général à la stratégie et à la prospective - CGSP).

Photo : Arthur Sode et Jean-Paul Nicolaï, discutants au séminaire Fourgeaud de février 2014.


Les documents relatifs à ce séminaire peuvent être téléchargés à partir de la page des archives des séminaires 2014-2015.


Voici un bref résumé des deux études présentées :


« Scénarios de croissance à long terme », par Åsa Johansson, Yvan Guillemette, Fabrice Murtin, David Turner, Giuseppe Nicoletti, Christine de la Maisonneuve, Philip Bagnoli, Guillaume Bousquet et Francesca Spinelli

Patrice Ollivaud, intervenant au séminaire Fourgeaud de février 2014Cette étude présente les résultats d’un nouveau modèle de projection de la croissance économique des pays de l’OCDE et des pays majeurs hors-OCDE sur un horizon de 50 ans ainsi que des déséquilibres qui apparaissent. Un scénario de référence, qui comprend des réformes structurelles graduelles et un assainissement budgétaire suffisant pour stabiliser les ratios de dette sur PIB, est comparé à des scénarios alternatifs qui incluent des réformes plus profondes des politiques publiques. Une des conclusions principales est que la croissance des pays du G20 non membres de l’OCDE continuera de dépasser celle des pays membres, mais la différence s’amenuisera au cours des prochaines décennies. Parallèlement, les 50 prochaines années verront des changements majeurs dans la composition de l’économie mondiale. En l’absence de refonte ambitieuse des politiques publiques, des déséquilibres mondiaux dangereux pour la croissance émergeront. Cependant, une rationalisation plus prononcée des finances publiques combinée à des réformes structurelles profondes pourrait à la fois faire augmenter les niveaux de vie et réduire les risques de déraillement majeur de la croissance en réduisant les déséquilibres mondiaux.

Photo : Patrice Ollivaud.


« La boîte de Pandore de la modélisation du commerce mondial à l’horizon 2035 », par Lionel Fontagné et Jean Fouré

Jean Fouré, intervenant au séminaire Fourgeaud de février 2014Nous examinons comment la structure des échanges mondiaux peut être façonnée par l'évolution des avantages comparatifs, la demande et les capacités des différentes régions à l’horizon 2035. Pour ce faire, nous combinons un modèle de convergence à trois facteurs de production (capital, travail et énergie) et deux productivités globales (celles des facteurs et de l’énergie), avec un modèle d'équilibre général calculable (EGC) dynamique de l'économie mondiale calibré pour reproduire l'élasticité observée des échanges au revenu. Nous projetons la croissance des pays sur la base de l'accumulation des facteurs, du niveau de scolarité et des gains d'efficacité, en prenant en compte l'incertitude attachée à chacun de ces moteurs de la croissance. Ce cadre est imposé au modèle EGC comme sentier dynamique de référence. En outre, nous introduisons des hypothèses de politique économique affectant le commerce (droits de douane et mesures non tarifaires sur les biens et services). Deux scénarios contrastés sont envisagés. Selon nos résultats, les changements observés dans le commerce mondial relèvent plus des hypothèses faites sur le sentier dynamique que des conséquences des politiques économiques simulées. Notre exercice souligne ainsi la nécessité d’attacher un soin particulier à la conception des sentiers dynamiques des EGC.

 Photo : Jean Fouré.

 
Crédit photos : © pôle Publications économiques de la direction générale du Trésor, droits réservés.


Publié le 12/02/2014

service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie et des Finances - 2017