Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Congo
 

Focus : le numérique au Congo

Central African Backbone, Cadre de politique de réinstallation, rapport provisoire février 2011. Banque Mondiale.

L’économie congolaise, reposant principalement sur la rente pétrolière, est vulnérable aux chocs. La révolution numérique est une opportunité de diversification. Si les TIC ne sont encore que faiblement implantées au Congo, le développement de ce secteur pourrait générer entre 2 et 3% de croissance du PIB.

Pour l’heure, le pays ne figure pas dans le top 10 des pays africains qui intègrent le mieux les TIC à leur développement économique. Le rapport 2016 du Forum économique mondial (WEF), réalisé sur le thème « l’innovation dans l’économie numérique », a identifié une vingtaine de pays africains qui tentent de mettre les TIC au cœur de leur stratégie de développement. L’île Maurice − bien qu’elle soit 49e au rang mondial − demeure la nation la mieux avancée sur le continent africain. Viennent ensuite l’Afrique du Sud (65e), les Seychelles (74e), le Maroc (78e), le Rwanda  (80e),  la Tunisie (81e), le Cap-Vert  (85e), le Kenya (86e),  l’Egypte (96e), la Namibie (99e) et le Botswana (101e). En bas de l’échelle, s’alignent le Bénin (128e), le Swaziland (129e), le Libéria (130e), le Malawi (132e), la Guinée (134e), Madagascar (135e), la Mauritanie (136e),  le Burundi (138e) et le Tchad (139e). Le Congo, au même titre que la RDC voisine, font figure de mauvais élèves et ne figurent pas dans le classement.

Si les enjeux de la révolution numérique ont été longtemps relégués hors des stratégies de développement au Congo, ils sont désormais peu à peu mis à l’agenda politique, comme le montre la création (fin avril 2016) du ministère de l’Économie numérique et la prospective, l’ouverture en janvier 2017 de la Grande École Numérique du Congo (concept français) et le lancement de manifestations autour du numérique : les assises nationales du numérique (23 au 25 novembre 2016) et le salon OSIANE (du 11 au 14 avril 2017). L’amélioration des infrastructures numérique participe également de ce mouvement.

En effet, l’installation de la fibre optique au Congo est en cours, selon le programme du Président Denis Sassou N’Guesso. Le tracé prévisionnel doit raccorder la ville portuaire de Pointe-Noire à Brazzaville, et de là, relier Ouesso, tout au nord du pays. Un autre couloir de fibre optique relie Dolisie (région du Niari) à Mbinda, sur la frontière gabonaise (un dorsal de plus de 1000km de fibre optique traverse le Gabon, depuis la frontière congolaise, jusqu’à Libreville) ; cette première phase du chantier pour la portion Dolisie-Mbinda s’est achevée en juin 2016 après un an de travaux. Le chantier entre dans le cadre de l’initiative Central Africa Backbone (CAB, dorsale de télécommunications en Afrique centrale) financée par la Banque Mondiale à hauteur de 273 M USD, qui a déjà relié le Cameroun, le Tchad et Sao Tomé et Principe à l’internet haut débit. La CAB est destiné à réduire la fracture numérique au sein des nations interconnectées, faciliter l’échange d’informations à moindre coût, susciter la création d’opportunités économiques pour les populations et renforcer l’intégration sous-régionale.

Illustration : Central African Backbone, Cadre de politique de réinstallation, rapport provisoire février 2011. Banque Mondiale. 


Publié le 05/05/2017
Congo

Focus sur

Objectif Afrique, lettre d’information économique hebdomadaire

Visuel Objectif Afrique

- 19/05/2017

Le secteur de l’eau et de l’énergie au Congo Brazzaville

Le secteur de l’eau mobilise d’importants investissements de la Banque Mondiale visant l’amélioration des réseaux de distribution devenus vétustes

Le secteur de l’eau au Congo, tout comme celui de l’...

- 12/05/2017

Le marché immobilier locatif en République du Congo

L’État congolais n’intervient pas dans la régulation des prix pratiqués sur le marché immobilier; le réseau d’agences immobilières, qui fonctionne sur le modèle français, est l'intermédiaire à favoris...

- 11/05/2017


service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie et des Finances - 2017