Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Brésil
 

Brésil- Brèves économiques et financières du 10 au 16 février 2017

Brèves économiques et financières

Semaine du 10 au 16 février 2017

Résumé :

  • L’activité baisse de -0,4% au T4 2016, confirmant une probable récession de -3,6% pour l’année 2016.
  • Les services battent un record en 2016 et chutent de -5%, en raison des résultats du T4 (-2,8% en v.t.).
  • La réforme des retraites avance malgré les turbulences politico-judiciaires.
  • Le taux de pauvreté au Brésil en augmentation, une première depuis plus de 10 ans.
  • La hausse du cours des matières premières renforce l’attractivité du Brésil, entraînant l’appréciation du Réal.
  • « The killer chart » : L’illustration de la lente récupération brésilienne à travers les pertes d’emplois.
  • Évolution des marchés du 10 au 16 février 2017.

L’activité baisse de -0,4% au T4 2016 tirée par le commerce de détail, confirmant une probable récession de -3,6% pour 2016

L’indice IBC-Br de la Banque Centrale (BCB), principale proxy du PIB brésilien, repasse dans le rouge en décembre, avec une baisse de l’activité de -0,3% en relation à novembre. Ainsi pour le T4 2016, l’activité baisse de -0,4%, signe que le rebond de la production industrielle, et notamment automobile, ne comble pas les pertes dues au commerce de détail et aux services (cf. infra).

En effet, concernant les ventes de détail, celles-ci plongent de -2,1% en décembre en raison notamment de la grande distribution (-3%) et de ventes de noël inférieures à celles de 2015 (d’environ -4%). Décembre efface alors entièrement la hausse de novembre, mois du « Black Friday ». Sur le trimestre ainsi, la progression devient négative et atteint -1,2%. Pis, sur l’année, le commerce de détail chute de -6,2%, un record depuis le début de la série statistique il y a 13 ans. En considérant le commerce de détail amplifié -comprenant la construction et l’automobile- les ventes fléchissent de -8,7% en 2016, ces deux secteurs restant particulièrement touchés par la crise.

Ainsi pour 2016, l’indice d’activité de la BCB chute de -4,34%, ce qui suggère une baisse de la même ampleur qu’en 2015 (alors de -4,28%).  Finalement, ces résultats viennent confirmer les analyses qui prévoient un PIB en 2016 qui se contracterait finalement de -3,6%, alors que les prévisions pour 2017 commencent désormais à baisser. 

Les services battent un record en 2016 et chutent de -5%, portés par un dernier trimestre particulièrement maussade (-2,8% en v.t.)

Selon l’Institut National des Statistiques, l’IBGE, les services connaissent en décembre, en volume, une légère progression de +0,6% en comparaison à novembre. Cette hausse résulte des bons résultats côté services à la personne (+2% en relation à novembre), ainsi que le tourisme (+3,1%). À l’inverse, les services d’information (-1,7%) et les services professionnels et administratifs (-1,3%) repassent dans le rouge.

Malgré ce bon résultat du mois de décembre, le T4 2016 voit le volume de l’activité des services chuter de  -2,8% en raison du résultat d’octobre.

En 2016, les services enregistrent donc une contraction de -5%, signe que ce secteur a subi de plein fouet la crise: l’ensemble des sous-secteur est fortement touchée. Surtout, il d’agit de la pire année pour les services depuis le début de la série, il y a 5 ans.

Les disparités sont toutefois fortes en fonction des États selon l’IBGE. Ainsi, en 2016, seul l’État du Roraima (+0,5%) connaît une embellie, quand l’Amapa, l’Amazonas, le Mato-Grosso et le Maranhão connaissent des chutes de plus de 10%, tandis que Rio de Janeiro (-6,2%) et Sao-Paulo (-3,6%) se trouvent autour de la moyenne. 

La réforme des retraites avance malgré les turbulences politico-judiciaires

Alors que les affaires politico-judiciaires sont revenues sur le devant de la scène avec notamment la suspension –temporaire- du secrétaire exécutif du Président Temer, Moreira Franco, élevé au rang de ministre lors du dernier remaniement, la réforme des retraites est passée à la prochaine étape avec la création d’une commission dédiée à la chambre basse. Le rapport de la commission devrait être publié fin mars, la chambre des députés devrait alors approuver la réforme avant un passage au Sénat vers le milieu de l’année.

Pour rappel, le déficit des retraites –de 150 Mds R$ - a composé en 2016 l’essentiel du déficit primaire (de 156 Mds R$), et devrait même le dépasser cette année en raison de l’évolution démographique brésilienne. Cette réforme demeure ainsi un gage de crédibilité budgétaire, priorité du gouvernement actuel. 

Le taux de pauvreté au Brésil en augmentation, une première depuis plus de 10 ans

Selon la Banque Mondiale, le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté au Brésil a augmenté, pour la première fois depuis plus d’une décennie. Le taux de pauvreté serait ainsi passé de 7,4% en 2014 à 8,7% en 2015 et pourrait même atteindre 10% en 2016. Le nombre de personnes vivant dans un ménage où le revenu par tête ne dépasse pas 2 USD par jour (soit 192 R$ courant, par mois) devrait donc passer de 15 à 20 millions de personnes en 3 ans.

L’institution dresse même un profil type des nouvelles personnes en situation délicate au Brésil : il s’agit de jeunes adultes, principalement de zones urbaines du Sud-Est, blancs, qualifiés (niveau supérieur au bac) et employés auparavant dans le secteur des services.  

À travers deux simulations, la Banque Mondiale prouve en outre l’effet positif du programme social « Bolsa Familia » au Brésil afin de diminuer l’extrême pauvreté –personnes vivant avec moins de 1 USD par jour. Selon l’Institution, si le gouvernement augmentait la couverture du programme social envers les nouvelles personnes vivant sous le seuil de pauvreté sus-cités, l’impact serait positif pour plus de 1 M de personnes. Consciente de la rigueur budgétaire du gouvernement en place, la Banque Mondiale rappelle que le coût de la « Bolsa Familia » reste modéré et représente environ 0,5% du PIB. 

La hausse du cours des matières premières renforce l’attractivité du Brésil, susceptible d’apprécier durablement le Réal face au Dollar

Alors que depuis le 1er janvier 2017, le Réal s’est apprécié de plus de 6% face au Dollar, la hausse du prix des matières premières et l’avancée des réformes budgétaires entraînent le taux de change sur le chemin des 3 BRL pour 1 USD, pour la première fois depuis début 2015. Au niveau national, un certain regain d’optimisme se fait sentir avec l’avancée de la réforme des retraites: les demandes de financements externes et les OPA reprennent, la récolte de 2017 devrait en outre constituer un record. Cet optimisme est en outre catalysé par la hausse du prix des matières premières, notamment le pétrole et les matières agricoles. Aussi, la nouvelle loi de rapatriements d’actifs détenus à l’étranger de manière illégale se précise et devrait de même faire influer les capitaux au Brésil au premier semestre.

De cette manière, l’assouplissement monétaire en cours ne se traduit pas par une fuite de capitaux comme attendu, et le Réal brésilien s’apprécie davantage que les autres monnaies émergentes, ce qui pourrait même contraindre la Banque centrale à intervenir sur le marché du change en diminuant le rythme de réduction de son stock de swaps cambiaux, dans l’attente de la poursuite probable du resserrement monétaire de la part de la FED en mars. 

« The killer chart » : L’illustration de la lente récupération brésilienne à travers les pertes d’emplois 

Solde net de créations ou destructions d’emplois, en millions, moyenne mobile sur 12 mois

Solde net de créations ou destructions d’emplois, en millions, moyenne mobile sur 12 mois

Sources : Financial Times, Ministère du Travail, Thomson Reuters.

Évolution des marchés du 10 au 16 février 2017

Indicateurs[1]

Variation

Semaine

Variation

Cumulée sur l’année

Niveau

Bourse (Ibovespa)

+5,4%

+14,2%

68 360

Risque-pays (EMBI+ Br)

-16pt

-57pt

271 pts

Taux de change R$/$

-1,4%

-5,4%

3,07

Taux de change R$/€

-1,6%

-4,5%

3,28

Clause de non-responsabilité - Le Service Économique Régional s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication. Rédacteurs : Stéphane GODARD-Conseiller Financier ; Jonathan THEBAULT- Adjoint Financier.

 


[1] Données du jeudi à 12h localement.


Publié le 16/02/2017
Brésil

Focus sur

Impact sur l’économie brésilienne de la baisse du cours des hydrocarbures

Le Brésil, malgré le développement du champ pétrolier « pré-sal » dont l’exploitation devrait être opérationnelle à l’horizon 2022-2024, demeure un importateur net de pétrole et est doublement impacté...

- 21/07/2016

France is home to seven of the world’s 100 most innovative companies #CreativeFrance

Créative France

Creative France

- 07/10/2015


service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie - 2017