Accueil » » Publications périodiques » Économie et Prévision
 

Présentation du n°204-205 d’Économie et Prévision ’’Méthodes d’évaluation des politiques publiques’’

Couverture du numéro 204-205 d'Économie et PrévisionLe numéro 204-205 de la revue Économie et Prévision est sorti fin décembre 2015. Ce numéro est un numéro spécial double consacré aux méthodes d’évaluation des politiques publiques. Il se compose de deux dossiers. Le premier porte sur les méthodes microéconométriques athéoriques d’évaluation des politiques publiques. Il comprend des articles de méthodes et des applications à diverses questions (emploi, services à domicile, environnement) de deux approches microéconométriques athéoriques : celles fondées sur des expériences naturelles et celles fondées sur des expérimentations randomisées. Un de ces articles compare les résultats de l’évaluation d’un dispositif par deux méthodes différentes (appariement et expérimentation). Le second dossier propose deux réflexions d’économistes sur l’évaluation des politiques publiques. L’introduction générale du numéro présente en détail ce dernier en le mettant en perspective au regard des principaux développements récents en matière de méthodes d’évaluation des politiques publiques, microéconométriques notamment.  

On trouvera ci-dessous une présentation de ce numéro, suivie des résumés des articles le constituant. L’intégralité du numéro est téléchargeable depuis internet par les abonnés à la revue moyennant identification par un login et un mot de passe (accès à l'espace abonnés). Le lecteur non abonné à la revue désireux de prendre connaissance de l’intégralité d’un article peut se le procurer par un achat à l’unité sur le site Cairn.Info. Les numéros de la revue peuvent être aussi achetés à l’unité sur ce site.

Accès aux numéros antérieurs d'Économie et Prévision

Contenu du numéro 204-205 : sommaire et résumés des articles

 

Introduction générale
Auteure : Hélène Erkel-Rousse 

Lien vers la présentation générale de ce numéro

 

MÉTHODES MICROÉCONOMÉTRIQUES ATHEORIQUES D’ÉVALUATION D’IMPACT

Expériences naturelles : méthodes et illustrations


Méthodes économétriques pour l’évaluation de politiques publiques

 Auteure : Pauline Givord

Cet article présente les principales méthodes économétriques utilisées pour l’évaluation ex post de l’impact d’une politique publique. Il met l’accent sur les problèmes de sélection qui se posent lors d’une évaluation (en particulier en expliquant comment distinguer ce qui relève de l’effet d’une politique des spécificités éventuelles de ses bénéficiaires). Il trace les différentes étapes d’une feuille de route d’un tel exercice (données nécessaires, hypothèse d’identification, interprétation des résultats), illustrées par les exemples issus d’articles récents de la littérature économique. On commence par rappeler le cadre classique d’inférence causale dit “de Rubin”, puis on décrit en détail les quatre principales méthodes empiriques d’évaluation : sélection sur observables, différence de différences, variables instrumentales et régression sur discontinuités.

Mots-clés : évaluation de politique publique, régression sur discontinuités, appariement, variables instrumentales, différence de différences
Classification JEL : C10 


Évaluation du suivi mensuel personnalisé mis en place par l’ANPE en 2006

Auteurs : Maëlle Fontaine et Thomas Le Barbanchon

Dans cet article, nous évaluons l’effet du suivi mensuel personnalisé (SMP) mis en place à l’ANPE à partir de 2006. Le SMP organise un suivi précoce (à partir du quatrième mois de chômage) et intensif des demandeurs d’emploi présentant un risque de chômage de longue durée de faible à modéré. À partir d’une méthode de double différence, nous estimons que l’intensification du suivi réduit significativement la durée passée sur les listes de l’ANPE, de 5 à 12 %.L’effet est plus fort en 2007 qu’en 2006 et pour les demandeurs d’emploi en filière longue d’indemnisation. La réduction de la durée d’inscription provient à la fois de reprises d’emploi et de radiations administratives qui interviennent plus rapidement après l’inscription.

Mots-clés : suivi mensuel, accompagnement, retour à l’emploi, radiation, double différence
Classification JEL : J66


Évaluation de la transformation de la réduction d’impôt pour l’emploi de salariés à domicile en crédit d’impôt en 2007

Auteures : Claire Marbot et Delphine Roy

Depuis 1991, les utilisateurs de services à domicile peuvent déduire de leur impôt 50%des sommes dépensées pour ces services. Cette réduction d’impôt s’est transformée en 2007 en crédit d’impôt, mais pour les ménages actifs uniquement, ce qui limite fortement l’impact de la mesure. En effet, en 2008, le crédit d’impôt a remboursé 1,9 % des 7,8 milliards d’euros dépensés dans l’année, la réduction d’impôt, 34%. L’impact de la mesure est estimé à partir de données fiscales exhaustives disponibles sous forme de panel sur la période 2006-2008 et en combinant les méthodes de différence de différences et d’appariement. Selon ces estimations, la mesure aurait incité entre 86 000 et 120 000 ménages supplémentaires à utiliser des services à domicile en les déclarant.

Mots-clés : services à domicile, réduction fiscale, crédit d’impôt, évaluation de politiques publiques, différence de différences, appariement
Classifications JEL : D13, H23, H31


Le crédit d’impôt dédié au développement durable : une évaluation économétrique

Auteure : Amélie Mauroux

Cet article évalue l’impact incitatif de la hausse en 2006 de 25 % à 40 % du taux de crédit d’impôt sur les travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique réservée aux propriétaires depuis deux ans au plus d’un logement achevé avant 1977. Un modèle d’appariement combiné à des triples différences est estimé sur données fiscales exhaustives. Si le taux avait été maintenu à 25%, un ménage éligible sur quinze, parmi les déclarants occupant un logement achevé entre 1969 et 1976, n’aurait pas recouru au crédit d’impôt en 2006, un sur huit en 2007 et 2008. Sauf à supposer des économies d’émissions de CO2 très importantes après travaux, le montant d’aide publique par tonne de CO2 évitée serait supérieur à 32 €, la valeur tutélaire du carbone.

Mots-clés : crédit d’impôt, investissement en efficacité énergétique, évaluation de politique publique, appariement, estimateurs en différences de différences
Classifications JEL : H31, H23, D12



Expériences contrôlées : méthodes et illustration


L’assignation aléatoire comme méthode d’évaluation des politiques publiques
 

Auteurs : Adrien Bouguen et Juliette Seban

L’évaluation d’impact d’une politique publique se heurte au problème de l’inférence causale, qui rend inopérantes les méthodes intuitives (comparaison entre avant et après le lancement de la politique ou entre bénéficiaires et non bénéficiaires). En comparant les résultats de deux groupes constitués aléatoirement avant le lancement de la politique, l’assignation aléatoire fournit une méthode rigoureuse d’évaluation d’impact. Cet article formule le problème de l’inférence causale puis montre comment, sous certaines conditions, l’assignation aléatoire permet de le résoudre. Les différents protocoles possibles et leurs conséquences en termes d’applicabilité, d’éthique et de précision statistique sont examinés. Les menaces potentielles pesant sur les résultats d’analyse sont détaillées, distinguant celles qui sont communes à toutes les méthodes d’évaluation de celles qui sont spécifiques à l’évaluation aléatoire.

Mots-clés : évaluation, assignation aléatoire, méthode, inférence causale
Classification JEL : C90


Commentaire
Le calcul de puissance en assignation aléatoire : un point de vue de statisticien

Auteure : Hélène Erkel-Rousse

Le calcul de puissance revêt une grande importance pratique car il conditionne la capacité à évaluer de manière satisfaisante l’effet d’une mesure de politique économique sur la base d’un protocole expérimental, en influençant les choix de ses caractéristiques techniques. Ce commentaire vise à documenter le débat sur le type de test d’hypothèses sur lequel fonder de préférence le calcul de puissance. Il montre que le choix d’un test unilatéral ou d’un test bilatéral permet indifféremment de répondre aux questions qui se posent à l’évaluateur, dès lors que les propriétés de ces tests sont bien maîtrisées. Il rappelle en outre l’importance pour le calcul de puissance d’une bonne formulation de l’écart-type de l’estimateur de l’effet de la politique à évaluer.

Mots-clés : évaluation des politiques publiques, assignation aléatoire, calcul de puissance, test bilatéral, test unilatéral à droite, test unilatéral à gauche
Classifications JEL : C12, C90


Expérimentation contrôlée contre appariement : le cas d’un dispositif d’accompagnement de jeunes diplômés demandeurs d’emploi

Auteurs : Marianne Bléhaut et Roland Rathelot

Cette étude vise à comparer les résultats d’une évaluation expérimentale avec ceux que l’on aurait pu obtenir si le même programme avait été évalué par des méthodes non-expérimentales. Nous utilisons l’exemple d’un programme d’accompagnement visant les jeunes diplômés demandeurs d’emploi, ayant fait l’objet d’une évaluation par expérimentation aléatoire. En l’absence d’expérimentation, aucun groupe de contrôle n’aurait pu être désigné. L’évaluation aurait dû comparer les jeunes entrés dans le dispositif avec ceux qui n’y sont pas entrés. En faisant abstraction du groupe de contrôle expérimental, nous utilisons des méthodes d’appariement afin de contrôler le mieux possible l’hétérogénéité observée entre les jeunes entrés ou non dans le programme. Les résultats obtenus sont très différents de ceux de l’évaluation par expérimentation aléatoire.

Mots-clés : programme d’aide au retour à l’emploi, appariement, expérience randomisée, biais de sélection
Classifications JEL : C93, C14, J64, J68


Commentaire
Expérimentation contrôlée contre appariement

Auteur : Sylvain Chabé-Ferret

Ce commentaire discute la portée des résultats de l’article de M. Bléhaut et R. Rathelot (BR) et leurs conséquences pour l’utilisation de l’appariement. L’article de BR démontre de manière indiscutable que les variables observées sont insuffisantes pour neutraliser simultanément biais de sélection, présence d’attrition et effets de déplacement. Ainsi, même s’il n’en apporte pas la preuve définitive, il jette un doute sérieux sur la capacité de l’appariement à résoudre le problème de biais de sélection. Ce doute est renforcé à la lumière des résultats de travaux similaires, dont sont résumés les principaux enseignements. Les conséquences de ces résultats sont tirées pour l’utilisation de l’appariement pour l’évaluation des politiques publiques, notamment de l’emploi.

Mots-clés : appariement, expérience randomisée, biais de sélection, attrition, effet de déplacement, évaluation de politique publique
Classifications JEL : C10, C93

 

REGARDS SUR L’ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES


Évaluation des politiques publiques : faut-il de l’interdisciplinarité ?

 Auteur : Étienne Wasmer

L’évaluation des politiques publiques est devenue un champ de recherche très actif en sciences sociales, dont les travaux influencent de plus en plus les décisions publiques. Le choix de la méthodologie d’évaluation se pose dès lors avec d’autant plus d’acuité qu’elle n’est pas toujours neutre. Plus précisément, nous discutons des avantages et des inconvénients de l’interdisciplinarité lorsqu’il s’agit de porter un diagnostic qui soit à la fois juste, de portée opérationnelle, exact empiriquement et rigoureux scientifiquement. Des travaux de psychologie qui ont étudié la capacité prédictive des experts ont conclu que la spécialisation des experts semblait réduire leurs capacités prédictives. Nous en tirons des implications pour l’évaluation et passons en revue les coûts de transaction générés par les échanges interdisciplinaires.

Mots-clés : évaluation des politiques publiques, interdisciplinarité, politiques optimales, analyses contextuelles des politiques et politiques fondées sur la preuve
Classifications JEL : B40, Z18


Évaluation des politiques publiques : qui, comment ?

Auteur : Stéphane Gregoir

Si le discours politique est favorable à une évaluation des politiques, l’organisation de l’administration et des institutions françaises ne traduit pas ce souhait. Aucune institution clairement identifiée n’incarne cette mission. Une telle institutionnalisation permettrait une accumulation des expériences tant en termes de méthodologies pertinentes pour mener les évaluations que de modalités et consignes de mise en œuvre des mesures de politiques nouvelles. Elle créerait un cadre propice à une professionnalisation et une diffusion des bonnes pratiques. Elle faciliterait la conduite régulière de programmes d’évaluation et les rendrait plus visibles. Renforcées en moyens et en compétences, certaines instances françaises pourraient être en position de devenir vis-à-vis du public les institutions coordinatrices et porteuses de l’évaluation ex ante et ex post.

Mots-clés : évaluation, politiques publiques, institutions, indépendance
Classifications JEL : D04, H43, J18

 


Publié le 15/01/2016

Focus sur

Prochains numéros d'Économie et Prévision à paraître

 

N°210 : numéro de Mélanges  

 

 

 

- 13/09/2012

Derniers numéros parus d'Économie et Prévision

Dernier numéro paru (décembre 2016) : numéro 208-209 : numéro spécial "Politiques de l’environnement"

Avant-dernier numéro paru (juillet 2016) :  numéro 206-207 ("Territoire, emploi et politiques pub...

- 13/09/2012


service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie - 2017